Marshall-Rosenberg.jpg

La demande

LA DEMANDE

La Communication Nonviolente nous invite à formuler les demandes en utilisant un langage d’action positif. Nous disons ce que nous voulons, plutôt que ce que nous ne voulons pas ou ce qui doit cesser. Nous demandons à l’autre une action spécifique. Si nous savons clairement ce que nous voulons, nous obtiendrons un résultat radicalement différent, qui n’aura rien à voir avec ce que nous pourrions obtenir en énonçant simplement ce que nous ne voulons pas. »

Marshall B. Rosenberg, Parler de paix dans un monde de conflits (Speak Peace In A World Of Conflict), Éd. Jouvence

_______________________________

« La Communication Nonviolente suggère que nous formulions nos demandes dans un langage qui décrit clairement les actions que nous aimerions voir mener pour que notre vie en soit enrichie. Cela exige, entre autres, que nous exprimions ce que nous voulons plutôt que ce que nous ne voulons pas. [...] Avec la Communication Nonviolente, non seulement nous demandons ce que nous voulons, mais nous le faisons en termes d’actions concrètes sans employer de formules vagues et abstraites. Ce langage d’action clair aide les autres à réagir favorablement à nos demandes. »

Marshall B. Rosenberg, La Communication Nonviolente au quotidien, Éd. Jouvence

_______________________________

« Il peut être difficile de formuler des demandes claires. Mais dites-vous bien que les autres auront beaucoup de mal à répondre à notre demande si nous ne savons pas nous-mêmes ce que nous voulons ! »

Marshall B. Rosenberg, Les mots sont des fenêtres, ou bien ce sont des murs (Nonviolent Communication: A Language Of Life), Éd. La Découverte/Éd. Jouvence

_______________________________

« Plus nous exprimons avec précision ce que nous voulons, plus nous avons de chances de l’obtenir. Dans la mesure où le message que nous émettons ne coïncide pas toujours avec celui qui est reçu, il nous faut apprendre des moyens de savoir si notre message a été correctement entendu. »

Marshall B. Rosenberg, Les mots sont des fenêtres, ou bien ce sont des murs (Nonviolent Communication: A Language Of Life), Éd. La Découverte/Éd. Jouvence

_______________________________

« Il arrive souvent que nous ne soyons pas conscients de ce que nous demandons lorsque nous parlons. Nous nous adressons directement ou indirectement aux autres, sans savoir comment engager un dialogue avec eux. Nous lâchons des mots, utilisant la présence d’autrui comme un déversoir. Dans ces situations, l’interlocuteur, incapable de discerner une demande claire dans nos paroles, peut ressentir un certain désarroi. »

Marshall B. Rosenberg, Les mots sont des fenêtres, ou bien ce sont des murs (Nonviolent Communication: A Language Of Life), Éd. La Découverte/Éd. Jouvence

_______________________________

« Il y a deux raisons principales pour lesquelles nous ne répondons pas à nos besoins. Premièrement, nous ne savons pas comment exprimer nos besoins et deuxièmement, si nous le faisons, nous oublions de formuler une demande claire à la suite de celle-ci, ou nous utilisons des mots vagues comme apprécier, écouter, reconnaître, savoir, être réel, etc… »

Marshall B. Rosenberg

____________________________

« S’exprimer sans préciser ses attentes vis-à-vis des autres leur cause beaucoup de peine, plus que ce que l’on s’imagine. »

Marshall B. Rosenberg, Être vraiment soi, aimer pleinement l’autre ! (Being Me, Loving You), Éd. Jouvence